Dimanche sera toujours dimanche (by F)

Publié le par B.W.F




Minuit et quart. Je lève la tête. B&W me regardent et je rigole. Je ne sais pas encore si j'ai déjà vu plus comique et cliché à la fois. Mais pour tout comprendre, laissez-moi vous expliquer.

J'ai décidé, avec ma colloc, il y a quelques semaines, de faire un sapin militaire. Après avoir acheté des mètres et des mètres de treillis, il faut mettre la main à la patte, et me voilà en train de coudre des espèces de petites poupées de tissus, rembourrées de coton, qui ressemblent à des boules, des sapins de Noël, des bonhommes de neige...

Du coup j'ai embarqué un peu tout le monde dans le truc, et finalement on en revient au début de l'histoire, il est minuit et quart, on regarde plus ou moins un film d'horreur somme toute assez pourri, avec des verres de whisky coca, et chacun avec son aiguille qui me fait mes déco de Nöel... C'est plus ou moins réussi, mais c'est l'intention qui compte. Une façon originale de réinventer les soirée tricot, à grand renfort de whisky et de pizzas. Il manque juste un porno, et ce serait plus décadent que les réunions de mamie...

Minuit et demi, je pars me doucher, ma copine taxi, F. n'est pas dans le coin, on va devoir marcher. Un petit coup de Kenzo dans le cou, et nous voici sous la pluie, pas un chat, à la recherche d'un taxi.

Marcher sous la pluie, c'est pas le fort de B. qui grogne en avançant comme un taré, ce qui fait rire W. son copain. Finalement on trouve un taxi, direction 102, Champs Elysées.

Ca sent le chien mouillé la dedans... C'est soirée Diesel, Fuel for life. L'ambiance est chelou, on dirait pas l'overkitsch. Heureusement Galia arrive et nous fait son inaltérable discours. W. enlève son tee-shirt, je ne mets pas longtemps à le suivre.

Un whisky, deux whisky, trois whisky. Putain qu'est ce qu'il est moche lui, avec sa tête de rat et ses petites lunettes. Faudrait qu'il arrête de me regarder, c'est indécent.

Confettis, une trans qui passe, il est 3 heures, on suce c'est ça? Le gogo est pas mal, je lui boufferais bien sa crête de plumes qu'il a sur la tête. Et pas que ça d'ailleurs...

3h15. B. montre des signes de fatigue, un espèce de moche vient me draguer. Le comble c'est son tee-shirt en cuir à lacet. Il est l'heure de se casser.

Un dimanche plutôt normal quoi...

F.

Publié dans F.

Commenter cet article